Vaginite de la Chienne : les Conseils Technidog

par Romain le 15 février 2013


Chienne Golden Retriever

Les vaginites (inflammation du vagin) chez la chienne sont des affections de l’appareil génital relativement fréquentes à tout âge. Il est important de prendre en charge ces affections rapidement avec votre vétérinaire sous peine de favoriser certaines complications : cystite, infertilité et métrite (inflammation et infection de l’utérus). L’anatomie particulière du vagin de la chienne explique en partie la sensibilité de celle-ci au infection. En effet, le vagin de la chienne est particulièrement long (proportionnellement à la taille du corps de l’utérus) : de 5 à 20 cm soit 3 fois plus que le corps de l’utérus. La forme en L renversé provoque un rétrécissement entre le vagin sensus stricto et le vestibule (partie du vagin verticale avant la vulve). Ce rétrécissement favorise la rétention de sécrétions vaginales créant un milieu favorable à la multiplication de germes à l’origine de l’inflammation. Technidog vous propose de faire le point sur cette affection fréquente chez la chienne.

Étiologies et population à risque

Le vagin contient une flore bactérienne riche. Celle-ci dans des conditions inflammatoire peut devenir pathogène pour votre animal. Les bactéries responsables le plus souvent de vaginites appartiennent au groupe des Escherichia coli, aux Staphylocoques, aux Streptocoques, aux Proteus et aux mycoplasmes. Les germes peuvent aussi provenir d’infection vésicales ou rénales (pyélonéphrite). Les vaginites mycosiques sont rares contrairement à la femme. D’autres causes peuvent être invoquée : la brucellose, le sarcome de Sticker (néoplasie bénigne) et l’herpesvirose qui sont des MST pour les chiens.

Toutes les chiennes même impubères sont susceptibles de développer une vaginite. Chez la femelle impubère, les

Jeune Golden Retriever Femelle

écoulements sont souvent jaunâtres, séreux et abondants. La vaginite est liée à un déséquilibre de la flore bactérienne par manque d’efficacité du système immunitaire localement. Mise à part des vaginite sévères provoquant douleur et fièvre, il n’y a pas besoin de mettre un traitement en place la vaginite rétrocédant spontanément aux premières chaleurs.

Des prédispositions comme des malformations des appareils uro-génitaux peuvent favoriser l’apparition de vaginites ainsi que des masses dans le vagin, des corps étrangers. La stérilisation n’est pas préventive des vaginites et sera même contre-indiquée chez une femelle impubère vu que les premières chaleurs permettent de stabiliser la flore.

Signes cliniques et pronostic

Le signe d’appel principal sera un léchage persistant et insistant de la vulve qui pourra être inflammatoire. Un écoulement pourra être constaté au niveau de  la vulve : écoulement muqueux à purulent en quantité plus ou moins importante. Les mâles seront attirés par votre chienne même si elle n’est pas en chaleur du fait de ces écoulements. En cas d’affection concomitante, d’autres signes cliniques pourront être remarqués : par exemple, des mictions fréquentes et potentiellement douloureuse lors de cystite.

Le pronostic est bon quand la vaginite est prise à temps. Lors de propagation de l’infection à d’autres structures comme l’utérus ou l’appareil urinaire, le pronostic est plus réservé. En effet, lors d’une métrite, la gestion de l’infection devient parfois chirurgicale. En cas d’atteinte de l’appareil urinaire, les soins médicaux sont plus longs et plus lourds. Les vaginites peuvent expliquer l’absence de gestation chez une chienne après saillie du fait d’une activité probable spermicide de certaines bactéries. Cela constitue alors un vrai problème en élevage.

Conseils Technidog

Pour une chienne impubère, il faut laisser les premières chaleurs afin de stabiliser la flore et n’utiliser des traitements qu’en cas de vaginite sévère après validation par votre vétérinaire. En cas de vaginite, Technidog vous déconseillons de faire stériliser votre chienne du fait d’un risque important d’infection de l’utérus mais aussi de la faire reproduire même par insémination artificielle.

Technidog vous conseille donc en cas d’écoulements anormaux au niveau de la vulve chez votre chienne quelque soit son âge de voire votre vétérinaire afin de faire un diagnostic et un pronostic précis et par conséquent de limiter les complications possibles de la vaginite.

Articles Complémentaires :

  1. Gestation de la Chienne : Conseils Technidog
  2. Grossesse Nerveuse : Les Conseils Technidog
  3. Reproduction du chien et du chat : les conseils Technidog
  4. Epillet : Les Conseils Technidog
  5. Vermifugation : Les Conseils Technidog

Ajouter un commentaire :

Précédent Article :

Prochain Article :