Le produit Soliphen
Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le :

L’épilepsie est une affection débilitante grave qui nécessite dans la plupart des cas une gestion médicamenteuse quotidienne. La maitrise des crises passe par l’utilisation de molécule ou d’un panel de molécules adaptées. Les laboratoires TVM sont leaders dans la gestion médicamenteuse de l’épilepsie avec une gamme thérapeutique complète allant de la sédation des patients lors de crise aiguë jusqu’à la polythérapie quotidienne. Technidog vous propose de faire le point sur le dernier né de leur médicament : le Soliphen.

Présentation du Soliphen

Le Soliphen se présente sous la forme de comprimé oblongs quadrisécables. Ce sont des comprimés appétants de 60mg. Le soliphen se présente sous le conditionnement de boite de 60 comprimés. Il complète la gamme TVM des médicaments indiqués dans la prise en charge globale de l’épilepsie

Contre indication du Soliphen

Ne pas utiliser chez les animaux présentant une insuffisance hépatique.

Ne pas utiliser chez les animaux présentant des troubles rénaux ou cardiovasculaires importants.

Ne pas utiliser chez les chiens pesant moins de 6 kg.

Ne pas utiliser chez les animaux présentant une hypersensibilité à la substance active ou à d’autres barbituriques ou à l’un des excipients

Effets indésirables du Soliphen

Occasionnellement, polyphagie, polyurie et polydipsie ont été rapportées, mais ces effets sont habituellement transitoires et disparaissent au cours du traitement.

Une toxicité peut se manifester à des doses supérieures à 20 mg/kg/jour, ou quand la concentration plasmatique en phénobarbital dépasse 45 µg/ml.

En début de traitement, ataxie et sédation peuvent apparaître, mais ces effets sont habituellement transitoires et disparaissent chez la plupart des animaux traités. Certains animaux peuvent présenter une hyperexcitabilité paradoxale, en particulier au début d’un premier traitement. Cette hyperexcitabilité n’est pas liée à un surdosage, aucune réduction posologique n’est donc nécessaire. Sédation et ataxie deviennent souvent problématiques lorsque les taux sériques atteignent les limites supérieures de l’intervalle thérapeutique. Des concentrations plasmatiques en phénobarbital élevées peuvent être associées à une hépatotoxicité. Le phénobarbital peut avoir des effets délétères sur les cellules souches de la moelle osseuse. Les conséquences sont une pancytopénie immunotoxique et/ou une neutropénie. Ces réactions disparaissent à l’arrêt du traitement. Le traitement des chiens par le phénobarbital peut entraîner une réduction des taux sériques de la T4 totale ou de la T4 libre, sans que ceci n’indique nécessairement une hypothyroïdie. Un traitement de substitution de l’hormone thyroïdienne ne devra être instauré que si des signes cliniques de maladie sont constatés.


Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *