Le produit tralieve à côté d'une photo de chien bandé à la patte
Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le :

La prise en charge de la douleur quelle soit post opératoire ou lié à une maladie invalidante grave est une priorité. Nos compagnons sont comme nous doués d’émotion et sensibilité. Ainsi, la douleur fait partie des sensations désagréables qu’ils sont susceptible de rencontrer dans leur vie : douleur post opératoire lors par exemple de fracture, douleur médicale sur une pancréatite ou sur un cancer, douleur ostéo-articulaire lors d’arthrose avancée. La médecine vétérinaire jusqu’à présent ne pouvait compter que sur des anti-inflammatoires pour gérer la situation, les antalgiques étant souvent d’origine humaine et utilisés par défaut. Déchra rééquilibre la situation en sortant un antalgique, le Tralieve, qui se formule certes en injectable pour l’usage en clinique mais aussi, et c’est là son intérêt principal, en comprimé pour l’utilisation simple à domicile par le propriétaire.

Tralieve : présentation

Le Tralieve existe sous forme de comprimés à croquer quadrisécables de deux dosages : 17.6 mg (équivalent à 20mg de chlorhydrate de tramadol) et 70.3mg (équivalent à 80mg de chlorhydrate de tramadol). Ainsi, la prise en charge peut être réalisé sur une très large gamme de poids. Les comprimés sont appétents et se présentent sous la forme de plaquettes de 10 comprimés.

Tralieve : effets indésirables

Des nausées et vomissements ont été observés de façon occasionnelle chez certains chiens après l’administration de tramadol. Dans de rares cas (entre 1 et 10 animaux sur 10 000 animaux traités), une hypersensibilité peut se produire. En cas de réaction d’hypersensibilité, le traitement doit être interrompu.

L’administration concomitante du produit avec des dépresseurs du système nerveux central pourrait potentialiser les effets dépresseurs sur le SNC et l’appareil respiratoire.

Si le produit est administré en même temps que des médicaments exerçant une action sédative, la durée de la sédation peut être prolongée.

Le tramadol peut induire des convulsions et amplifier les effets des médicaments qui abaissent le seuil épileptogène.


Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *